Des années 60 à nos jours…

Avant le lycée, déjà des enseignements agricoles

Il s’agissait, dès les années 60, de répondre aux besoins des jeunes agriculteurs locaux. Des « maîtres agricoles », personnels détachés de l’Education nationale, assuraient des cours du soir de quelques heures, puis d’une journée dans des locaux municipaux, voire dans des arrière-salles de café. Dès 1967, des formations de 2 jours furent organisées dans des baraquements en préfabriqué situés près du château d’eau de Guérande, baraquements qui avaient servi au relogement des Nazairiens après la seconde guerre mondiale.

Le lycée, une ambition d’un territoire pour son territoire

A la fin des années 60, Guérande fait face à un fort exode rural, conséquence du développement de Saint-Nazaire et de l’abandon du marais salant. Son maire, Jean MENAGER, fit alors le pari de l’éducation pour retenir sa population. S’en suivront la création du collège Jacques BREL en 1970 et la volonté de l’implantation d’un lycée agricole sur la Presqu’île guérandaise.

L’action décisive d’Olivier GUICHARD

La première idée de Jean MENAGER était de profiter du Plan Edgard PISANI pour obtenir l’implantation d’un lycée agricole à Guérande. Cela ne s’avérant finalement pas possible, c’est grâce à l’engagement d’Olivier GUICHARD, alors Conseiller Général du canton de Guérande et Ministre de l’Education Nationale, que fut obtenue la création de notre établissement, alors appelé Collège d’Enseignement Technique Expérimental (CETE) de Guérande.

Pourquoi un «établissement expérimental» ?

Tout d’abord parce qu’il s’agissait de réunir au sein d’une même entité des formations variées, de différents ministères, pour créer un établissement viable tant du point de vue économique que pédagogique. Ensuite, parce que notre lycée avait vocation à être un levier du développement territorial en répondant aux besoins du tissus économique local. C’est ce que le lycée et ses équipes firent et continuent de faire en participant à la diversification des activités professionnelles sur la Presqu’île de Guérande et aujourd’hui bien au-delà.