Le programme ITACARPe s’invite au lycée

L’importance de l’aquaculture répond à la demande croissante de poisson pour la consommation humaine. En effet, cette dernière ne peut plus être satisfaite par les seules captures de pêche.

Comme le soulignent Pascal TRINTIGNAC et Romain METIVIER du Syndicat Mixte Aquaculture Pêche Pays de la Loire « près de la moitié des farines de poissons produites (57 %) sont utilisées par l’aquaculture. Les insectes, riches en protéines, font partie des alternatives qui font l’objet de recherche, avec des performances de croissance équivalentes à l’utilisation de farine de poissons pour certaines espèces. Le vers de farine et la mouche soldat noir sont parmi les espèces d’insectes les plus intéressantes pour l’alimentation aquacole. Le développement de systèmes d’élevage autonomes comme l’aquaponie et travaillant sur des cycles courts pourraient aussi constituer un débouché intéressant. À plus long terme, l’ouverture du marché des insectes à d’autres filières animales et l’utilisation d’autres sources de protéines pourraient limiter l’utilisation à grande échelle de cette voie alternative aux farines de poisson pour l’alimentation aquacole ».

En ce sens, une étude nommée ITACARPe et cofinancée par la Région des Pays de la Loire consiste à tester sur de l’alevin de carpe un aliment contenant 10 à 30 % de taux d’inclusion de farine d’insecte. Les premiers résultats annoncés par le comité de pilotage du programme, lors d’une rencontre initiée par Pierre GARSI au lycée Olivier Guichard, sont très intéressants et seront publiés en avril.